15 meilleures choses à faire à Limoges

15 meilleures choses à faire à Limoges
15 meilleures choses à faire à Limoges

On peut dire que Limoges a toujours été habile de ses mains : D’abord avec ses luxuriants émaux peints au Moyen Âge, puis plus tard lorsque la ville est devenue l’un des centres mondiaux de la porcelaine.

Le Musée des Beaux-Arts et Adrien Dubouché vous feront découvrir cet héritage extraordinaire. Le Quartier du Château de Limoges recèle des poches d’histoire enchanteresse, comme la rue de la Boucherie, où se trouvait l’ancienne guilde des bouchers, et la cour du Temple, une jolie cour Renaissance.

Passez une journée dans la cité épiscopale, en vous attardant dans les jardins botaniques, en regardant la Vienne, en parcourant le musée des Beaux-Arts et en vous promenant sur la pointe des pieds dans la cathédrale silencieuse.

1. Musée National Adrien Dubouché

Limoges est l’une des capitales mondiales de la porcelaine et c’est là que se trouve le musée national français de cet artisanat.

Cette attraction est un paradis pour les aficionados, avec environ 300 000 objets en céramique, dont beaucoup sont d’une délicatesse invraisemblable.

Les galeries récemment rénovées retracent l’histoire de la céramique, avec des exemples de toutes les grandes étapes de son évolution.

Vous pourrez ainsi voir une assiette de la dynastie Yuan en Chine et un bol en faïence de la Renaissance fabriqué en Italie dans les années 1500.

Les premières pièces fabriquées dans les fours de Limoges datent des années 1770, et l’exposition de porcelaine locale va jusqu’aux créations avant-gardistes des designers du XXIe siècle.

2. La cathédrale de Limoges

Limoges possède le genre de cathédrale gothique flamboyant que l’on ne trouve normalement qu’au nord de la Loire.

Et même si elle a été commencée dans les années 1200 et n’a été achevée que six siècles plus tard, il y a une cohérence satisfaisante dans le bâtiment.

Les décorations les plus précieuses de l’intérieur datent de la Renaissance.

Tout d’abord, il y a le jubé, un ornement qui aurait séparé le chœur de la nef, datant des années 1500.

Il est sculpté d’images du Livre des Révélations et a été commandé par l’évêque Jean de Langeac, dont la tombe sculptée est l’autre œuvre d’art précieuse de la cathédrale.

3. Jardin Botanique de l’Evêché

Après avoir quitté la cathédrale, vous pourrez vous promener dans ce parc de cinq hectares aménagé en terrasses sur la rive droite escarpée de la Vienne.

Les vues depuis les murs des terrasses sont magnifiques, et vous passerez une heure ou deux à vous rafraîchir en explorant les différents jardins.

Avec plus de 1 000 espèces, les jardins botaniques sont organisés par thème, vous verrez donc des parcelles de plantes pour la coloration des aliments, des plantes médicinales, un potager et des plantes utilisées dans des métiers traditionnels comme le tannage et la teinture.

Vous y trouverez également un parterre à la française avec des pelouses symétriques taillées avec précision, des fontaines, des buis, le jardin de sculptures du musée des Beaux-Arts et de nombreux endroits où vous pourrez vous asseoir et réfléchir quelques minutes.

4. Cour du Temple

Entre la rue du Temple et la rue du Consulat se trouve une fabuleuse cour publique du XVIIe siècle dans laquelle il faut entrer par un passage étroit.

Celle-ci s’ouvre bientôt sur un bel espace pavé entouré de maisons à colombages de quatre étages.

Au rez-de-chaussée, une arcade, aux chapiteaux sculptés, relie chaque bâtiment, aujourd’hui occupé par des boutiques.

Puis, au premier étage, du côté de la rue du Consulat, se trouve une belle galerie en pierre de la Renaissance avec un escalier commun.

5. Musée des Beaux-Arts

Chaque ville française possède un musée des Beaux-Arts, mais peu sont aussi indispensables que celui de Limoges.

Tout d’abord, le cadre est ravissant, dans l’ancien palais épiscopal à côté de la cathédrale.

Les galeries viennent également d’être modernisées et leur disposition vous attire et vous tient en haleine pendant des heures.

Vous pourrez voir l’une des plus riches collections d’émail du monde, spécialité de Limoges à partir des années 1100.

Il y a aussi des peintures de Matisse, Renoir et Fernand Léger, pour ne citer que trois des artistes les plus célèbres.

En ce qui concerne l’histoire ancienne, on trouve des objets funéraires vieux de 4 000 ans provenant du Moyen Empire égyptien, offerts par un industriel local, et toutes les découvertes majeures de la ville romaine d’Augustoritum , qui est devenue Limoges.

6. Rue de la Boucherie

Une rue imprégnée d’une atmosphère médiévale est la rue de la Boucherie dans le Quartier du Château. Les visiteurs pouvez louer une voiture à Limoges pour découvrir la maison de la boucherie.

Inutile de vous dire que c’est ici que se trouvait autrefois la guilde des bouchers, mais vous serez peut-être intéressé de savoir que toute la guilde descendait de six familles seulement.

La Maison de la Boucherie vous montrera comment ils exerçaient leur métier, avec un abattoir, un enclos pour le bétail, des armoires pour les couteaux et les scies et un grand bloc à découper.

Montez à l’étage pour voir où vivaient les propriétaires et leurs familles et montez au grenier, utilisé pour la salaison des viandes.

7. Musée de la Résistance


Le Limousin était un foyer de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, et les massacres de Tulle et d’Oradour-sur-Glane, situés à proximité, ont été le triste prix à payer pour cet esprit rebelle.

Il est donc normal qu’il y ait à Limoges un musée consacré au Maquis de Limoges, qui était l’un des plus grands groupes de résistants français.

Il y a beaucoup d’informations sur l’invasion et le gouvernement de Vichy pour vous donner un peu de contexte, et puis toutes sortes d’artefacts liés au Maquis : Une machine à écrire Underwood, des appareils de torture de fortune, un pistolet Weirod utilisé par la SOE britannique et l’uniforme de déportation porté par la résistante capturée, Thérèse Menot.

8. Chapelle Saint-Aurélien

Lorsque cette minuscule chapelle du quartier des bouchers a été vendue comme bien national après la Révolution, elle a été achetée par un membre de l’ancienne corporation des bouchers (dissoute à la Révolution), et est restée entre leurs mains depuis.

La chapelle a été construite dans les années 1400 et, bien qu’elle soit si petite que l’on peut facilement la manquer en passant devant, elle renferme une précieuse décoration liturgique.

Il y a une statue de Sainte Catherine du 15ème siècle, et une sculpture composite de Sainte Anne et de la Vierge à l’Enfant, de la même époque.

9. Gare des Bénédictins

D’accord, une gare ferroviaire ne fait pas partie de votre itinéraire touristique, mais la gare des Bénédictins est l’une des plus belles d’Europe et présente quelques particularités.

L’une d’elles est que l’ensemble de la structure a été construit sur une immense plate-forme de 90×70 mètres suspendue juste au-dessus des dix lignes de chemin de fer.

Le hall et sa tour ont été achevés en 1929 avec des caractéristiques art déco et néoclassiques, et ont été conçus par Roger Gonthier, qui a fourni à Limoges quelques autres bâtiments art déco dans les années 20.

À l’intérieur, admirez la lucarne en vitrail dans le dôme en cuivre qui a été restauré après un incendie en 1928.

10. Église Saint-Pierre-du-Queyroix

Cette église d’apparence modeste du Quartier du Château a été construite entre les années 1200 et 1500, et présente de nombreuses caractéristiques intéressantes.

Le clocher a un format qui est reproduit dans tout le Limousin, avec une base carrée et un design octogonal au sommet.

Il faut ensuite s’arrêter devant les vitraux, réalisés dans les années 1500 par Léonard Pénicaud, l’un des émailleurs de la Renaissance de Limoges.

À l’intérieur se trouvent des statues en bois doré de style baroque datant des années 1600 et 1700.

11. Ponts historiques

Le Pont Saint-Martial traverse la Vienne au sud de la ville et date de 1215. Mais ce n’était pas le premier pont à cet endroit, puisqu’il a été construit sur les fondations d’un passage gallo-romain.

Cette structure a survécu jusqu’aux années 1100, lorsqu’elle a été détruite par le roi anglais Henri II pour punir la ville de l’avoir trahi.

À quelques centaines de mètres en amont se trouve le pont Saint-Étienne, qui se trouve sur la route de pèlerinage, le chemin de Saint-Jacques, et a été achevé en 1203. Il comporte sept arches gothiques et, comme le Pont Saint-Martial, il est considéré comme l’un des ponts médiévaux les mieux préservés de France.

12. Château de Chalucet

Le Château de Chalucet était autrefois la plus grande forteresse du Limousin, conçue uniquement pour la guerre et témoigne des siècles de combats qui ont marqué cette partie de la France.

Il date des années 1200 et s’élève sur un éperon boisé au confluent de la Ligoure et de la Briance, le tout au milieu d’un parc forestier de 40 hectares.

Le donjon, la Tour Jeannette, a été restauré et on peut accéder au sommet de ses créneaux par un escalier métallique.

De là, on peut voir les ruines du castrum inférieur, où la chapelle et les vestiges d’un petit village ont été mis au jour.

13. Parc Zoo du Reynou

Ce zoo compte quelque 600 animaux dans le parc d’un château du XIXe siècle appartenant à la dynastie des porcelaines Haviland.

Girafes, antilopes, lions, tapirs, guépards, panthères et léopards des neiges sont tous ici dans des enclos généreux, où certaines espèces peuvent se mélanger comme elles le feraient dans la nature.

Le sentier des visiteurs serpente à travers les parcs paysagers et les forêts sur plus de cinq kilomètres.

À la mini-ferme, les enfants peuvent se lier d’amitié avec des poneys, des lapins, des chèvres et des ânes miniatures, et voir des races agricoles régionales, comme le cochon cul-noir, appelé ainsi à cause de ses grandes taches noires sur le derrière.

14. Saint-Léonard-de-Noblat

Faites le court trajet jusqu’à ce village à l’est de Limoges pour voir la collégiale classée par l’UNESCO.

L’église de Saint-Léonard est un chef-d’œuvre de l’art roman, construit aux 11e et 12e siècles et inchangé depuis.

Son clocher est un parfait exemple de ce clocher limousin également visible à Saint-Pierre-du-Queyroix, avec quatre niveaux carrés surmontés de deux étages octogonaux.

À l’intérieur, vous trouverez la tombe de saint Léonard, sous ses chaînes de prison symboliques.

Léonard était un noble franc du VIe siècle qui s’est converti au christianisme et s’est donné pour mission de libérer les prisonniers jugés dignes de l’être, devenant ainsi le saint patron des prisonniers après sa béatification.

15. Oradour-sur-Glane

Au nord-ouest de Limoges, un village fantôme figé dans le temps après le massacre du 10 juin 1944, où 642 civils ont été tués par les SS allemands. Après la guerre, Charles de Gaulle a ordonné que le village soit conservé comme mémorial. Aujourd’hui, les bâtiments d’Oradour-sur-Glane et les nombreux objets laissés par ses habitants se décomposent lentement.

Dans le théâtre, une présentation de 10 minutes vous explique le contexte du massacre, qui aurait été perpétré en représailles à des activités de résistance et à l’enlèvement d’un major SS.